Interview avec le champion olympique hors du commun Oussama Mellouli

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le drapeau Tunisien en terre étrangère a été levé bien haut grâce à Oussama Mellouli qui a offert  à la Tunisie pleins de médailles olympiques. Ce nageur hors du commun expatrié depuis l’âge de 15 ans en France ensuite aux États-Unis est le premier nageur à être champion olympique en piscine et en eau vive. Une performance qu’aucun autre nageur n’a pu réaliser jusqu’à aujourd’hui.

Le grand nageur Tunisien a accepté de répondre aux différentes questions d’AlaUneMag.

Une brève présentation ?

Oussama Mellouli, double champion olympique en natation. Je suis l’unique nageur dans le monde a avoir réussi à décrocher la médaille d’or olympique  en piscine et en eau vive. C’est une caractéristique unique dans ma carrière, c’est quelque chose d’extraordinaire dont je suis très fière puisque j’ai travaillée tellement dur pour pour décrocher ce challenge.

Qu’avez-vous fait ces dernières années ?

5 ans ça fait beaucoup de choses, je gagne à Nantes après la révolution, en tant que premier champion olympique post révolution tunisienne. J’ai eu aussi l’honneur d’avoir été le premier champion olympique dans le monde politique qu’on connaissait avant, après j’ai décroché mon deuxième titre de champion olympique pour la révolution du Jasmin. C’est quelque chose dont je suis très fier et c’était pas évident.

Après, j’ai fini mon MBA en finance, donc je me suis plongé un peu dans le monde du business parce-que c’est quelque chose qui m’a passionné, c’était un challenge qui m’a été lancé par mon frère qui lui aussi Professeur de mathématiques. Donc voilà je reste tout le temps actif et stimulé par mes objectifs académiques et mes objectifs sportifs

Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez été sacré champion du monde 2013 de natation ?

En 2013, encore une fois je confirme mes talents de nageur libre, puisque c’était une nouvelle spécialité pour moi et j’étais encore inexpérimenté. Plusieurs ont dit que c’était un exploit difficile et j’ai prouvé les fausses critiques et j’ai pu me distinguer encore une fois. Après Londres, j’ai pris  quatre ou cinq mois de repos, j’ai pris 30kilos, je voulais tout simplement faire ce que j’vais envie de faire, je me suis amusé puisque pendant 4 ans j’étais dans ma petite bulle, à m’entraîner cinq heures par jour avec une diète bien déterminée, avec le coaching, le staff technique, et le staff médical qui sont derrière moi tous les jours. C’est une course contre la montre enfaîte, donc chaque jour compte et surtout que le sport d’aujourd’hui est un monde très professionnel, et toutes les structures international travaillent corps et âmes pour décrocher les médailles. J’étais conscient que la compétition international est rude, mais j’ai bossé et j’ai réussi à monter échelon par échelon.

Comment planifiez-vous votre quotidien de nageur ?

Alors, pour un nageur de haut niveau, on a entre 10 et 12 séances par semaine de deux heures par séance, ce qui fait entre 20 et 24 heures d’entraînement par semaine en piscine, après on fait une heure par jour d’étirement, de musculation, du vélo, du yoga…Donc en gros, on fait entre 5 et 6 heures de travail actif par jour. Après, le repos ça compte, on doit faire attention, la nourriture entre dans le cadre de la préparation puisqu’on est des athlètes de haut niveau, après il y’a le préparateur psychologique, ça dépend des doses d’entraînement, des phases de compétitions, ça dépend si on est relax ou sous tension. C’est une approche très professionnelle, donc je pense pour arriver à ce très haut niveau , il faut des budgets, des gens qui sont passionnés, qui sont expérimentés, il faut qu’on ait un objectif partagé. J’ai eu la chance d’avoir un staff technique, médical, le soutien de l’Etat Tunisien, et plusieurs sponsors tunisiens et étrangers derrière moi.

A quelles prochaines compétitions souhaitez-vous participer, et avez-vous des objectifs précis ?

Alors, les prochaines compétitions, ça sera pour cette année en mois de décembre dans le championnat du monde en petit bassin en Chine, mais mon objectif principal c’est la qualification aux Jeux Olympiques Tokyo 2020.

Devez-vous suivre des consignes alimentaires strictes et d’autres restrictions particulières ?

Des fois je me permet de me régaler, pendant les cheat day, je prend des pizzas, burgers et autres… mais sinon oui, j’ai une planification de toute la semaine, un petit déjeuner, déjeuner et dîner avec des portions de compléments nutritionnels avant et après l’entraînement, une sorte de  » ravitaillement » journaliers qui complètent les repas. Je suis donc suivi par un nutritionniste qui élabore mes repas. C’est dure, mais j’adore  ce que je fais, la natation c’est ce que j’ai fais depuis l’âge de 5 ans et j’essaye de tout mettre de mon côté pour réussir.

Quel message porteriez vous pour aux jeunes qui sont hésitants à se lancer dans une carrière de natation professionnelle ?

Mon conseil aux jeunes, c’est toujours de mettre en avant leurs carrière Académique, je pense que les études restent toujours un ascenseur social extraordinaire pour garantir une rémunération et des postes honorables, un futur pour soi et pour sa famille. Après le sport de haut niveau, c’est quelque chose de palpable, c’est quelque chose qu’on peut vraiment rêver.

Avez-vous des ambitions particulières concernant le futur de votre carrière ? 

J’ai toujours des objectifs en tête, mais ce qui est sure je ne l’ai pas caché, j’ai annoncé mes ambitions au grand public. Pour cette année, je cherche à être qualifié pour les Jeux Olympiques de Tokyo et représenter encore une fois les couleurs de la Tunisie.

Souhaitez-vous devenir entraîneur et participer à la formation des futurs grands nageurs Tunisien ?

Je pense que pour le soutien et pour l’encouragement des athlètes, j’ai pas mal d’idées en tête, c’est mon domaine d’expertise. Est-ce que je serai si proche des athlètes et les coacher tous les jours, je ne pense pas mais je pense que tôt ou tard je serai impliqué dans le mouvement olympique tunisien avec des efforts et surtout ramener des événements internationaux en Tunisie puisque, moi j’ai quitté en 2001, lorsque on a reçu les jeux méditerranéens de 2001, ce qui était le catalyseur de ma carrière. Donc si on arrive en tant que pays tunisien avec tous les moyens forts qui existent dans tous les secteurs  pour essayer de ramener des événements internationaux, je pense que c’est ça qui va ouvrir une grande porte d’ambitions aux jeunes pour qu’ils puissent briller et pourquoi pas continuer une carrière international.

La rédac vous laisse avec la vidéo de l’interview 

Par E.A.E

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Laisser un commentaire