L’univers de la Haute Couture pleure Azzedine Alaia!

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Azzedine Alaïa, « Le Roi du Cling », l’une des plus grandes divinités de la mode, vient de s’éteindre à l’âge de 77 ans. Le créateur tunisien qui passait par une période difficile ces derniers temps, à cause de sa maladie, mourut en laissant derrière lui une histoire l’élevant au rang des plus grands créateurs de mode.

Azzedine Alaïa était un homme remarquable. Sa vision de la mode fit émerveiller plus d’un devant des créations fascinantes, rappelant toujours ses origines tunisiennes, qu’il ne délaissa jamais.


« Il était un vrai visionnaire, et un homme remarquable. Il manquera profondément tous ceux qui l’ont connu et aimé, ainsi que par toutes les femmes qui ont été habillées par lui. » Avait annoncé ce matin Edward Enninful, éditeur en chef de Vogue. « Sa générosité et son génie ne seront jamais oubliés. »

C’est en 1940 que naquit ce sculpteur de la silhouette féminine, à Tunis. Se frayant un chemin jusqu’à l’école des beaux arts pour apprendre la sculpture, il se rendit compte après un temps que ce n’était pas en quoi il se distinguait et changea de cap pour s’imprégner de l’univers de la mode. Travaillant d’abord pour Dior et Thierry Mugler, il sut faire valoir son nom jusqu’à ouvrir son propre atelier.

Des stars hollywoodiennes telle Greta Garbo furent les premières à se vêtir des incroyables créations signées Azzedine Alaïa et lui permirent de croire assez en son talent pour produire sa première collection de prêt-à-porter en 1980, en parallèle au déplacement de son atelier au Marais. Et c’était un franc succès, créé dans du cuir, chaque silhouette était plus chargée d’érotisme que la précédente. C’était révolutionnaire !

Ayant pour muse la grande Naomi Campbell, il chantait au rythme de sa propre musique, créant des croquis et brochant ses tissus au gré du temps, se désintéressant totalement des traditionnelles saisons de la fashion pour nous surprendre chaque année d’un nouvel élan de grâce et d’élégance.

En 1992, il annonça qu’il se retirait de la Catwalk en ajoutant : « Quand la collection sera prête, elle sera prête. » Pour nous surprendre en 2011 d’une collection de haute-couture durant laquelle Campbell fit une rare apparition sur les podiums, enchantant le grand public.

Sa « Fouta w Blouza » gravissant les marches de Cannes en 2015, enjolivant le corps de Kendall Jenner fit des merveilles. Cet habit relégué à la tradition tunisienne se transforma se jour-là en un chef-d’œuvre mondialement reconnu et transformé par la griffe de ce Dieu.

Aujourd’hui, le monde de la mode pleure la disparition d’une pointure de la haute-couture, et nous sommes tristes de dire que la Tunisie, et le monde entier, viennent de perdre ce talentueux et séditieux septuagénaire.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Laisser un commentaire